• Marc THOMAS

Et si nous acceptions le manque ?

Dernière mise à jour : 5 mai 2021


Un accident de bateau dans le Canal de Suez :

certains rayons dans les supermarchés de la Réunion sont vides,

et déjà des plaintes s’expriment

et des accusations à ceux qui auraient mal géré la crise.


Il gèle en avril dans les vignes et les vergers français :

2/3 de la récolte vont manquer dans certaines régions.

Quand les producteurs impactés demandent des aides,

je pense à tous les sous-traitants

dont l’économie est encore plus fragile…


Les restrictions sanitaires restreignent drastiquement les voyages.

Je n’ai pas pu prendre de vacances en Métropole depuis 18 mois.

J’ai aussi refusé de faire de faux certificats à des métropolitains

qui voulaient à tout prix venir sans vrai motif impérieux.


Ces manques déclenchent des déprimes, des angoisses,

mais aussi des colères, des accusations,

et des exigences hautement réclamées…


Comme si « les autres » étaient coupables de nos manques

et devaient les combler immédiatement,

comme au temps où nous étions au ventre de notre mère !

Comme si « les autres » auraient du anticiper

ce que personne ne pouvait prévoir…

Comme si « les autres » n’avaient pas le droit à l’erreur

que nous nous attribuons si facilement à nous-mêmes…



Heureusement ces manques suscitent la solidarité

nationale, institutionnelle, citoyenne, familiale, entre voisins…

Heureusement, des associations, des syndicats, des citoyens

ne se contentent pas de récriminer contre les puissants

mais se liguent pour créer les conditions de l’équité et de la justice.


Nos ancêtres ont tous ont appris à s’adapter aux facéties de la nature

le plus souvent par leurs propres énergies et avec peu de moyens.

Leurs manques non supportés ont déclenché guerres et inégalités,

quand leurs manques acceptés ont permis d’inventer des stratégies de survie.



Mes parents qui venaient de se marier furent séparés pendant 5 ans

quand mon père était prisonnier de guerre en en Allemagne !

Ils ont choisi de transformer leur manque en solidarité,

découverte par mon père comme condition de survie dans les camps de prisonniers,

mise en œuvre par ma mère dans la protection des jeunes lorrains contre les bombardements.

Ils n’ont pas reçu d’indemnités et ne se sont pas laissés aller à la rancœur,

choisissant ensuite de promouvoir la réconciliation franco-allemande.


Des parents consacrent toute leur énergie

à soutenir leur enfant malade, handicapé ou en échec,

transformant leur manque et leur détresse en amour salvateur.

Des personnes confinées et des entreprises en télétravail

ont inventé par eux-mêmes d’autres modes de communication,

transformant des échanges superficiels en relations de qualité.


Depuis un an, la Covid m’a fait perdre 80% de mon travail

sans compensation du fonds de solidarité ces derniers mois,

alors qu’à 73 ans, je dois encore travailler pour vivre…

Grâce à ce manque, je nourris ma passion

pour l’écriture partagée et pour l’écoute empathique.


Des citoyens, des élus, des décideurs,

affrontés aux manques suscités par cette pandémie

et aux limites de notre civilisation consumériste,

choisissent de ne pas attendre d’être assistés,

mais de changer de vie pour remplacer

le chacun pour soi par la solidarité,

la consommation à tout va par le respect de la planète,

la course à la réussite à tout prix par la qualité de vie.



NOUS AVONS LE CHOIX :

nous lamenter ou accuser les autres de ne pas satisfaire nos manques,

ou trouver dans ces manques l’énergie de refaire surface,

de passer d’un manque d’avoir à un plus d’Etre,

et de chercher et offrir le soutien

nécessaire à nos fragilités mutuelles.


Et vous, que choisissez-vous ? Que diriez-vous de tout cela ?

Et si nous acceptions le manque
.pdf
Download PDF • 227KB

Marc THOMAS

parole-semee@orange.fr



voir aussi : Solidaires face à l'épidémie de la peur


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône