top of page
  • Marc THOMAS

Noël lumière dans nos obscurités




Jésus n’est pas né le 25 décembre !

Personne ne sait à quelle date il est né, ni le jour, ni même l’année exacte…

Alors pourquoi l’Eglise a-t-elle choisi

la date du 25 décembre pour fêter Noël ?



C'est en 354 que le pape Libère estima que le jour du solstice d'hiver serait le plus approprié pour célébrer cet événement : de nombreux rituels humains fêtaient alors la renaissance du soleil et les jours dont la durée recommençait à augmenter dans l’hémisphère Nord. Cette journée, correspondant effectivement à celle d'une renaissance, sembla parfaitement adaptée pour fêter la naissance de Jésus lumière du monde ! Si le Pape Libère avait vécu à la Réunion, il aurait alors fixé Noël au 25 juin !


Tout cela pour dire que Noël n’est pas d’abord le souvenir de la naissance de Jésus dans la nuit de Bethléem : à travers la naissance de Jésus, nous fêtons la lumière qui vient éclairer notre nuit, la lumière qui surgit dans toutes les obscurités du monde.


La tradition chrétienne a souvent situé la naissance de Jésus dans une grotte. La première attestation de la grotte de la Nativité remonte au milieu du 2ème siècle, dans les écrits de Justin de Naplouse, un palestinien devenu le premier philosophe chrétien. Elle a été reprise ensuite par d’autres Pères de l’Église et imprègne la mémoire populaire depuis, jusque dans nos crèches familiales souvent construites dans du papier rocher en forme de grotte.


L'idée que Jésus ait pu naître dans une grotte souterraine a aussi une signification théologique. Pour les Pères de l’Églises, c'est un symbole de l'incarnation : Dieu en se faisant homme « descend » au profond des entrailles de la terre. Elle est aussi un symbole de salut : la lumière de Dieu descend dans l’obscurité d’une grotte comme la lumière de Dieu viendra illuminer les enfers lors de la résurrection.


Mon amie Laurence à illustré un lever de soleil. Je vous invite à regarder cette illustration ci-contre. Comme moi, vous devez penser que le soleil se lève à l’horizon du ciel. Eh bien non ! Sur le dessin de Laurence, le soleil se lève tout au fond d’une grotte obscure accrochée au bas de la montagne. Laurence ne pensait pas à Noël en dessinant le lever du soleil au fond d’une grotte : elle exprimait plutôt son expérience personnelle de se blottir dans une grotte obscure quand survient l’épreuve, comme tant d’hommes et de femmes blessés par la vie, mais aussi son expérience d’avoir cherché et trouvé là, au cœur de ses grottes et de ses obscurités, la lumière qui illumine un chemin nouveau…

Nous attendons souvent que la lumière nous vienne de l’extérieur, comme un soleil qui se lève là-bas très loin à l’horizon du ciel… Nous attendons souvent que le meilleur arrive pour nous sur un coup de baguette magique comme on touche le gros lot à la loterie. Nous rêvons souvent d’un bonheur qui s’achèterait comme la publicité souvent nous en fait rêver avoir une belle voiture, faire un beau voyage…

Or ici, dans le dessin de Laurence, la lumière ne vient pas de l’horizon lointain, elle vient du fond de ma grotte intérieure… La lumière ne vient pas de l’extérieur, mais elle vient du dedans…

Comme les étoiles qui ne scintillent qu’au plus profond de la nuit…


D'autres illustrations de Laurence en flashant ces Codes QR




Voila le vrai Noël, pour tout homme quel qu’il soit :

aller chercher la lumière au fond de nos obscurités,

laisser jaillir la lumière dans les fissures de nos grottes,

éclairer d’amour et de solidarité les obscurités d’un monde difficile…


C’est bien pour cela que nous fêtons Noël, à condition de ne pas nous laisser emporter par la surenchère commerciale, ni à nous laisser envahir par le stress et les peurs qui poussent à en faire toujours plus et toujours trop…


Noël, lumière qui jaillit dans nos obscurités :


Si vous mettez des bougies sur votre table de Noël,

donnez leur un nom, appelez-les par exemple :

  • regards illuminés de nos enfants qui réveillent notre innocence intérieure,

  • temps de pause et de trêve dans nos vies surchargées et dans nos conflits,

  • cadeaux d’amour gratuit au cœur de nos solitudes et de nos égocentrismes,

  • gestes de tendresse pour nourrir et assainir nos relations, pour irriguer nos duretés,

  • repas festif et partagé quand nous avons faim de reconnaissance et de justice…

et continuez votre propre liste pour mettre de la douceur dans vos duretés…


Vous me direz peut-être que c’est facile de parler de lumière qui jaillit dans nos obscurités, mais que c’est bien difficile à vivre. Et les fêtes passées, reviendront les tensions, les stress, les violences et les désespoirs.


Oui c’est difficile à faire de chaque jour un Noël qui fait jaillir la lumière dans l’obscurité. Alors je vous propose d’écouter 2 textes, de les relire sur mon blog « parole-semee.com » au post sur Noël et de laisser résonner en vous la phrase qui va vous toucher et qui peut déclencher l’énergie lumineuse qui vous fera sortir de la nuit.


D’abord un texte que j’ai trouvé sur Internet, d’une Psychologue Valeria Sabater qui rend accessible la pensée de Carl Gustav Jung, médecin suisse décédé en 1961 et qui est l’un des pionniers de la psychologie axée sur ledéveloppement personnel.

Voici ce qu’écrit Valeria Sabater sous le titre : « Mettre en lumière nos ombres » :


Nous ne pouvons pas oublier quel type de dynamiques constituent ce concept que nous appelons « ombre » : nous retrouvons ici nos craintes, nos traumatismes du passé, les déceptions qui nous empoisonnent, les rêves que nous n’avons pas réalisés par indécision et qui se transforment en requins frustrés naviguant au sein de notre personnalité. Si nous les cachons, ces démons intérieurs deviennent plus féroces et si nous les passons sous silence ils finiront par nous contrôler, projetant souvent sur les autres une image de nous-mêmes que nous n’aimons pas.


Par conséquent, nous ne pouvons pas oublier que notre croissance personnelle et notre bien-être psychologique dépendront toujours de notre capacité à mettre en lumière ces ombres. Cet acte de courage constituera le point de départ d’un délicat mais précieux travail tendant à nous guérir, à retrouver le calme et le bien-être.

Extrait de : https://nospensees.fr/larchetype-de-lombre-le-cote-obscur-de-notre-psyche/


Beaucoup d’entre nous vont se reconnaitre dans ce texte de Valeria Sabater. Mais comment faire pour démarrer ou poursuivre ce travail sur nous qui permet le jaillissement de la lumière ? Pour y répondre, voici un texte que j’ai écrit il y a quelques mois. Relisez le sur mon blog, ne cherchez pas à tout retenir, mais laissez vous toucher par une phrase, une image, un ressenti qui survient en écoutant ou en lisant : c’est ainsi que la lumière commence à surgir ! J’ai intitulé ce texte :


« APPRIVOISER NOS OBSCURITÉS ».

Aller chercher le rire et le sourire, l’appeler de nos larmes et de nos mots qui décrivent l’obscur pour le faire émerger du cœur Croire au retour du soleil au cœur de la nuit noire, l’attendre avec envie, l’appeler de nos larmes et de nos mots qui décrivent nos nuits pour déjà discerner les étoiles… Croire en nos pépites indestructibles souvent si bien cachées – pour se protéger – derrière nos blessures et nos lâchetés… Les désinfecter de nos larmes et de nos mots pour s’émerveiller de voir surgir ces pépites au détour d’un dialogue ou d’un imprévu…



Apprivoiser ces loups qui me dévorent plutôt que les combattre ou s’en laisser envahir, Comme le Petit Prince et le renard apprivoisent leurs peurs réciproques… Apprivoiser par mes larmes et mes mots et découvrir l’exact inverse qui se cache derrière mes peurs et mes prisons : mon désir d’Être et ma possible libération…

Enfin, pour vous souhaiter Bon Noël de lumière au cœur de nos obscurités, je vous propose d’écouter ensemble et de relire ces paroles si justes de Jacques BREL :


« LA LUMIERE JAILLIRA ! »

La lumière jaillira

Claire et blanche un matin Brusquement devant moi Quelque part en chemin

La lumière jaillira

Et la reconnaîtrai Pour l'avoir tant de fois

Chaque jour espérée


La lumière jaillira

Et de la voir si belle

Je connaîtrai pourquoi

J'avais tant besoin d'elle La lumière jaillira

Et nous nous marierons

Pour n'être qu'un combat

Pour n'être qu'une chanson


Ecoutez ce chant :

La lumière jaillira

Et je l'inviterai

A venir sous mon toit

Pour y tout transformer La lumière jaillira

Et déjà modifié

Lui avouerai du doigt

Les meubles du passé

La lumière jaillira

Et j'aurai un palais

Tout ne change-t-il pas

Au soleil de juillet

La lumière jaillira

Et toute ma maison

Assise au feu de bois

Apprendra ces chansons

https://www.youtube.com/watch?v=QSbd7Vd7-7w


La lumière jaillira

Parsemant mes silences

De sourires de joie

Qui meurent et recommencent

La lumière jaillira

Qu'éternel voyageur

Mon cœur en vain chercha

Mais qui était en mon cœur La lumière jaillira

Reculant l'horizon La lumière jaillira

Et PORTERA TON NOM !


Noël-Lumière dans nos obscurités
.pdf
Download PDF • 351KB

Marc THOMAS parole-semee@orange.fr

50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page