• Marc THOMAS

Plaidoyer pour le débat

Dernière mise à jour : 11 juil.


Que d’affrontements violents sur les réseaux sociaux !

alors que la diversité des points de vue permet

de mieux approcher la réalité toujours complexe…


Que de rejets et de prétentions

à posséder seul la vérité en période électorale !

alors que voter librement est la chance de pouvoir choisir

entre des projets différents et parfois complémentaires…


Que de lassitude, de déceptions, de « je n’y crois plus » entraînant autant d’abstentions

alors que tant de peuples soumis à des pouvoir autoritaires envient notre liberté...


Que de peurs parce qu’on ne pourra plus décider tout seul sans majorité absolue !

alors que seule la négociation permet de vivre ensemble dans le respect des différences...

J’écris ces lignes à partir de mes convictions :

non pas d’abord des convictions politiques,

mais des convictions humanistes et relationnelles

qui façonnent la vie en société.


Dans mes convictions relationnelles, je trouve important de dire son désaccord, ses refus, ses convictions, et de permettre un dialogue entre des points de vue et des convictions différents.


C’est tout le sens de ma vie et de mon action professionnelle, dans la médiation dans des contextes tendus et parfois violents, et dans des familles déchirées.


Je rêve que cette médiation soit possible dans notre société. Je rêve d’une Assemblée Nationale avec des oppositions fortes, qui forcent la négociation et le changement, et que tous se mettent au service du peuple avant d’être esclaves du pouvoir qu’ils recherchent.


Je crains pourtant que la culture d’aujourd’hui n’ai plus rien de démocratique, parce qu’elle est passée du débat source de progrès au combat où il s’agit d’écraser les autres.


Dans certains échanges sur Facebook, je constate souvent la difficulté ou le refus d’accepter des questionnements ou des désaccords, même exprimés avec respect. Le "je ne suis pas d'accord" est remplacé par "tu te trompes" ou "tu racontes n’importe quoi" et par de jugements cinglants et souvent violents sur les personnes. En tout cas, l’expression de la diversité des points de vue n’est plus possible. Le débat démocratique est balayé et transformé en combat et en lutte acharnée.


Ces accusations réciproques sont autant de poisons toxiques qui polluent les relations et créent des tensions, destructrices du dialogue démocratique.


Chacun dit souvent que ce sont les autres qui détruisent la société. Je crois que ce sont nos oppositions intolérantes et les combats violents qui la détruisent et qui incitent les citoyens à faire la guerre entre eux.


Quel que soit le bord dont viennent ces agressions verbales, j’essaye de faire entendre une autre voix, sans jugement, sans agressivité, parfois avec fermeté, sans nier les désaccords, les débats, et les choix de chacun.


Entre les deux tours des présidentielles, j’ai écrit une lettre ouverte dans ce sens au candidat Macron, lui demandant d’écouter ceux qui n’ont pas voté pour lui, ou qui n’ont voté pour lui que pour éliminer une autre candidate. Ecouter d'abord, avant de vouloir convaincre. Je sais que ma lettre ouverte a été lue par un très proche du candidat qui a répondu tirer la même leçon du scrutin du premier tour. Il a transmis mon courrier à M. Macron.


Lire ici : Lettre ouverte au candidat Macron


Ce devoir d’écouter les autres et cette liberté d’exprimer des points de vue différents me semblent pourtant être le fondement de nos démocraties et la seule manière de vivre la liberté, l’égalité et la fraternité.


Accuser les autres de détruire la démocratie, sans vouloir négocier,

n’est-ce pas aussi détruire la démocratie ?


Vivre ensemble en démocratie nous oblige à :

ne pas confondre nos points de vue légitimes avec la vérité universelle,

être ouverts aux diversités

d’âges, de cultures professionnelles et sociales, de religions…

et aux diversités de convictions qui constituent le peuple de France.

Chiche ?



Plaidoyer pour le débat
.pdf
Download PDF • 226KB

Marc THOMAS

parole-semee@orange.fr


Un sondage intéressant du journal "La Croix" qui interroge nos lamentations et nos craintes sur l'état de notre société : les français sont plus heureux qu'on ne le croit, mais ils ont aussi des craintes :


Sondage exclusif _ les Français heureux mais inquiets
.pdf
Download PDF • 4.14MB

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône