• Marc THOMAS

Du bonheur pour tous






Je vous entends d’ici réagir à ce titre :

dans une période troublée, dans ces temps incertains :

« Si seulement il y avait du bonheur pour tous ! »


Or l’Evangile de la liturgie de ce dimanche 16 février (6eme temps ordinaire C)

est celui des béatitudes, cœur du cœur du message du Christ.

Si le bonheur n’est pas possible pour tous,

à quoi ça servirait de croire au message du Christ ?

Dans l’Evangile de Luc, il nous propose à la fois les béatitudes et les malédictions :

« heureux, vous les pauvres… » et « quel malheur pour vous les riches »

Ces paroles du Christ ne sont pas des félicitations ni des jugements,

ce ne sont pas des bons points ou des menaces,

ce sont seulement des constats.


Car ici, Jésus ne transmet pas un enseignement,

mais il regarde autour de lui et nous partage ce qu’il voit :

Il me semble que le regard de Jésus sur les femmes et les hommes qui l’entourent

sur leur bonheur et leur malheur, peut nous en apprendre beaucoup sur nous

et sur toutes celles et ceux qui nous entourent aujourd’hui.


« Heureux, vous les pauvres »

Comme les foules que Jésus regarde,

nous nous ressentons nous aussi bien souvent pauvres de biens ou pauvre de cœurs,

pauvres de moyens pour changer des situations difficiles…


« Heureux, vous qui avez faim maintenant »

Comme les foules que Jésus regarde,

nous sommes aussi affamés maintenant,

faim de pain, de liberté, de justice, d’espoir, faim de pouvoir respirer enfin,

faim d’être enfin rassurés et délivrés des incertitudes

qui pèsent sur notre santé et sur notre avenir…


« Heureux vous qui pleurez maintenant »

Comme les foules que Jésus regarde,

nous pleurons aussi souvent nos déceptions, nos échecs, nos deuils…

nous pleurons nos relations blessées et blessantes,

nous pleurons nos ruptures et nos incompréhensions…


« Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent… »

Comme les foules que Jésus regarde

nous subissons nous aussi l’insulte, la moquerie, la haine…

nous sommes blessés par des jugements et des reproches,

nous souffrons des incompréhensions, des conflits, de la violence…


Mais dites moi, toutes ces situations difficiles à vivre,

qu’ont-elles à voir avec le bonheur ?

Est-ce que Jésus ne va pas un peu vite à dire :

« Heureux vous, les pauvres… heureux vous qui avez faim, qui pleurez… »

et encore plus « heureux êtes vous si on vous insulte et vous persécute… » ?


Jamais Jésus n’a voulu justifier la souffrance ! Au contraire :

« le Fils de l’Homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19, 10)

il libère le paralytique, l’aveugle, les possédés….

il accueille Zachée, l’enfant prodigue, la femme adultère. Et il dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau,

et moi je vous soulagerai » (Mt 11, 28)


Alors que veut dire Jésus quand il proclame heureux

les pauvres, les affamés, ceux qui pleurent et sont persécutés ?


Avant de répondre à cette question,

écoutez la chanson de Christophe Mahé : « Il est où le bonheur »

ou relisez les paroles de la chanson.


Comme Jésus, Christophe Maé évoque les situations difficiles… Et comme Jésus, il affirme : « Il est là le bonheur, il est là ! »


Mais comment donc est-il là ce bonheur dans nos vies difficiles ?

Je souhaite porter mon regard sur tous ceux et celles

que je croise ou que je rencontre aujourd’hui…

sur vous qui écoutez cette émission ou lisez ce texte…

sur les foules de nos villes, de nos supermarchés, de nos lieux de travail…

Tous, nous cherchons le bonheur et du sens à nos vies difficiles…


Heureux, vous les pauvres de cœur…

pas les miséreux ni les misérables qu’il faut sortir de là,

mais ceux qui sont décapés et dépouillés de tout ce qui englue,

Ne sommes-nous pas heureux quand nous avons réussi à nous libérer

de ce qui nous maintenait attachés :

le tabac, la drogue, l’alcool, les relations toxiques… Peut-être pauvres et labourés, mais libres…


Heureux vous qui pleurez maintenant…

pas les pleurnicheurs qui se plaignent tout le temps ou se battent la coulpe

mais ceux qui se laissent toucher et émouvoir par un petit rien

Ne sommes-nous pas heureux quand nous pleurons d’émotion ou d’amour ?

quand avons la larme à l’œil en tendant la main à une personne qui souffre ?

quand nos larmes nous vident et nous lavent d’une épreuve traversée ?

Heureux vous, les doux…

pas les mièvres, ni les mous, ni les béni-oui-oui,

mais ceux dont le regard, la parole et le geste ne sont que délicatesse…

Ne sommes-nous pas heureux

quand nous posons des gestes délicats sur la blessure d’un enfant ?

quand nous caressons avec délicatesse l'être aimé ?

quand nous cherchons les mots fragiles pour proposer notre soutien ?

quand un simple regard ou une fleur offerte

dit l’amour que nos mots ne suffisent pas à exprimer ?

Heureux vous qui avez faim et soif de la justice…

pas les revanchards ni les dénonciateurs

qui accusent sans proposer,

mais ceux qui ne cessent de chercher

la justesse, l’ajustement, l’équité…

Ne sommes-nous pas heureux

quand nous avons donné notre énergie et notre temps

pour défendre ou protéger une personne blessée ?

quand nous avons rejoint des groupes ou des mouvements

qui s’engagent et s’expriment pour restaurer la justice ?


Heureux vous les miséricordieux…

pas les soumis ni les blasés qui se taisent et laissent faire,

ni ceux qui vous prennent en pitié ou donnent un billet de loin sans se mouiller,

ni ceux qui prient Dieu pour qu’il donne du pain à ceux qui n’en ont pas,

mais ceux qui prennent à cœur la misère (miséri-corde) et le bonheur de l’autre…

Ne sommes-nous pas heureux quand nous faisons une action bénévole ?

quand nous exprimons notre solidarité après une catastrophe ?

quand nous visitons un malade ou un prisonnier ?

Heureux vous les cœurs purs…

pas les naïfs ni les béats qui restent la tête dans les nuages tournés vers le ciel,

ni les racistes et pharisiens de tous temps qui se croient justes et meilleurs que les autres,

mais ceux qui laissent résonner en eux les mots et les évènements du monde,

Ne sommes-nous pas heureux

quand nous renonçons à juger pour essayer de comprendre ?

quand nous nous laissons toucher par un beau paysage, par un merci, par un sourire ?

quand nous réussissons à dire avec sincérité ce que nous portons dans le cœur ?


Heureux vous les artisans de paix…

pas ceux qui ne font que prier, espérer la paix et la conversion des autres,

ni ceux qui fuient les conflits et dénoncent de loin les méchants,

mais ceux qui sont les artisans de la paix, les bricoleurs, les inventeurs, les créateurs,

Ne sommes-nous pas heureux

quand au lieu de prendre parti, nous proposons notre écoute pour traiter un désaccord ?

quand nous nous retirons du ladi lafé pour chercher la réconciliation,

quand nous avons accepté une négociation ou une médiation

plutôt que de vouloir gagner en écrasant l’autre ?

Heureux vous qui êtes persécutés pour la justice…

pas ceux qui se laissent faire ou jouent les victimes à la moindre contradiction,

mais ceux qui savent dire oui à leurs valeurs et non à l’injuste, quel qu’en soit le prix,

Nelson Mandela n’était-il pas heureux

d’avoir transformé la souffrance de ses années de prison

en énergie pour conduire son peuple à la liberté et à la fraternité ?

Ne sommes-nous pas heureux quand nous choisissons contre vents et marées

la solidarité plutôt que le chacun pour soi ?


Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute,

et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

pas ceux qui croient nécessaire de souffrir pour aimer Dieu ou pour être sauvés,

ni ceux qui se laissent accuser à tort et à travers

et finissent pas se culpabiliser eux-mêmes,

Ne sommes-nous pas heureux

quand nous refusons de nous compromettre par peur ou par intérêt ?

quand nous renonçons à répondre à l’insulte par l’insulte et à la violence par la violence ?

quand nous réussissons à rester fidèles à nos valeurs

malgré toutes les manipulations et pressions subies ?

Le Royaume des Cieux est à vous

Jésus ne dit pas « sera à vous » mais « est à vous » dès cette terre !


Oui, le Royaume des Cieux est à nous dès cette terre. Ce Royaume est celui du vrai bonheur,

du bonheur discret, du bonheur qui surgit en en nous :

bonheur intense quand nous sommes accordés à nos valeurs, à nos désirs…

bonheur intense quand nous créons des relations sincères et respectueuses

qui nous accordent au monde et aux autres…



Les chrétiens disent que le Royaume de Dieu est déjà parmi nous

Les hommes disent équivalemment

que nous sommes alignés à nous-même et aux autres !

C’est ça, le bonheur, accessible à chacun dans son quotidien


Marc THOMAS

parole-semee@orange.fr


39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône