• Marc THOMAS

Qui donc est Dieu ?




Dans l’émission précédente,

j’ai dénoncé les fausses images d’un Dieu dominateur

Mais alors, qui est le vrai Dieu ?


Dieu n’a pas créé un monde d’esclaves

où il dirigerait tout en exigeant la soumission

Dieu n’a pas créé un monde de marionnettes

où toute chose et nous-mêmes serions téléguidés d’en haut

Dieu n’a pas de télécommande

pour arrêter les cyclones, ni la maladie ni les bêtises des hommes


Dieu a créé un monde autonome : il n’a aucun pouvoir sur les lois de la nature

Dieu a créé des humains autonomes et responsables :

il n’a aucun pouvoir sur mes imprudences en voiture, sur la violence intrafamiliale…

Dieu n’a pas empêché le Déluge,

mais quand tout se détruisait autour de lui,

Noé s’est mis à construire son arche

pour protéger toutes les espèces vivantes.


Dieu n’a pas empêché l’esclavage en Egypte

mais Moïse s’est levé en libérateur

pour faire sortir son peuple de l’esclavage


Dieu n’a pas empêché l’esclavage en Afrique, à la Réunion,

ni tous ces nouveaux esclavages financiers et sexuels de notre siècle. Mais Sarda Guariga et tant d’autres se sont levés pour abolir l’esclavage…


Dieu n’a pas empêché les Eglises d’évangéliser en soutenant l’esclavage

ni des hommes et des femmes, et même des prêtres,

d’abuser sexuellement des plus fragiles.

Mais la commission Sauvé a enfin fait la lumière sur les abus

et l’Eglise a reconnu ses responsabilités,

et le Pape François dénonce la perversion du cléricalisme

et invite à la coresponsabilité des baptisés.


Dieu n’empêche pas les cyclones

Mis des scientifiques et des météorologues nous apprennent à nous protéger,

des pompiers et sauveteurs, des responsables de sécurité

nous protègent et viennent à notre secours…


Dieu n’empêche pas la maladie ni les épidémies,

mais des médecins et des personnels soignants ont appris à nous soigner…



Dieu n’empêche pas la violence familiale,

mais des associations soutiennent les victimes,

des juges condamnent les coupables,

des enseignants et éducateurs

apprennent aux jeunes

à canaliser leurs émotions

autrement que par la violence…


Tes prières et tes bougies ne changent rien

au succès au bac de ta petite-fille

mais c’est ton soutien et ta compréhension

envers elle et ses difficultés

qui va lui permettre

d’investir son énergie pour réussir.


Nous demandons parfois à Dieu au Benedicité

de « procurer du pain à ceux qui n’en ont pas »

Mais Dieu n’a pas de mains, sinon les nôtres,

Dieu n’a pas de pain ni de semences à donner aux affamés,

sinon nos partages et nos accompagnements…


Alors à quoi il sert Dieu ?

Suis-je en train de vous dire qu’il n’est pas le Sauveur de l’humanité ?


Il n’est pas sauveur comme nous l’imaginons,

comme s’il était tout puissant quand nous sommes impuissants

comme s’il dirigeait tout malgré tout…

S’il en était ainsi,

pourquoi choisirait-il qu’un cyclone tue des malgaches et pas des réunionnais ?

Pourquoi laisserait-il des hommes battre leurs femmes,

des riches voler les pauvres, des désaxés violer les plus fragiles ?


Dieu est un sauveur amoureux,

il ne sauve que par l’amour

il ne sauve qu’avec l’amour…

Et vous savez bien que l’amour est parfois impuissant

quand l’homme se cabre dans le refus !


Nous les humains, nous sommes à l’image de Dieu :

libres, autonomes, responsables, créateurs

capables d’aimer et d’être aimés

capables de faire des merveilles quand nous aimons,

mais aussi de tout casser quand l’amour est impossible ou blessé…


Tous ces humains qui ont libéré de l’esclavage,

protégé du déluge, protégé des cyclones, soigné les malades,

tous le font avec leurs capacités de s’investir pour le bien de la création et du monde,

tous le font par solidarité, par respect, par amitié, par amour, par passion


Alors Dieu sert à ça :

son amour toujours offert, il nous suffit de nous y connecter

pour trouver l’énergie d’aimer,

pour poser sur le monde et sur les humains

un regard d’amour, des gestes d’amour, des paroles d’amour…

Ainsi Dieu sauve le monde… par notre intermédiaire et jamais sans nous !


Ainsi Jésus sur la Croix,

totalement impuissant contre ceux qui l’ont condamné et crucifié,

n’ayant plus d’autre choix que de continuer à aimer…

Et « tout est accompli » : le passage par la mort toujours insensé

ne devient énergie de résurrection que par l’amour.


Dieu est amour, Dieu n’est qu’amour…

Cet amour respecte trop les humains que nous sommes

pour qu’il nous empêche d’être libres,

même quand nous détruisons la vie et le monde qui nous portent.



Dieu n’est qu’amour.

Il pleure quand je pleure, il souffre quand je souffre.

Il me regarde comme le Père regardait l’enfant prodigue,

comme Jésus regardait la femme adultère sans la condamner,

il m’accompagne comme il accompagnait les malades.

Il m’envoie vers les personnes bienveillantes

qui peuvent me délier des liens qui m’emprisonnent

comme il invitait les amis de Lazare à le délier de ses bandelettes…

C’est à chacun de ceux qui souffrent aujourd’hui que Jésus dit,

comme à l’aveugle : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »,

attendant notre réponse autonome et responsable

pour nous nourrir de son énergie et nous inviter à nous relever…


A chacun de ceux qui souffrent aujourd’hui, Jésus dit : (Mt 11,28-30)

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,

et moi, je vous procurerai le repos.

Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples,

car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.

Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Nous trouvons le repos auprès de lui,

pas du tout parce qu’il supprimerait la fatigue d’un coup de baguette magique,

mais simplement parce que nous avons fait la démarche de venir vers lui,

plutôt que nous lamenter sur nos misères ou d’accepter de souffrir dans la soumission…

Nous trouvons le repos auprès de lui parce que nous avons lâché prise

et que nous sommes venus chercher de la douceur et de la chaleur humaine…


Mais si nous nous détournons nous-mêmes de l’amour,

si nous nous détournons de Dieu,

si nous ne respectons pas les commandements de Dieu et de l’Eglise,

que fait Dieu ? Va-t-il nous le faire payer ?


Quand nous tournons le dos à l’amour comme l’enfant prodigue,

il reste sur le pas de sa porte à espérer notre retour, à croire en notre retour…


Quand nos proches nous condamnent et nous croient définitivement perdus

comme le faisaient ceux qui condamnaient Zachée le voleur et le collaborateur… Au contraire Jésus va demeurer chez Zachée qui en est tout transformé et se convertit.

Toujours Dieu continue à espérer en nous

comme une mère abandonnée continue à espérer en son fils…


Quand nous nous disons que tout est foutu, et que nous n’espérons plus rien,

Dieu reste prêt à ouvrir les bras

et à nous revêtir de l’habit de fête ou de lumière comme pour le Prodigue…


Dieu respecte notre liberté : il ne nous forcera jamais, il ne nous punira jamais,

il attendra seulement que nous choisissions de nous retourner vers lui et vers l’amour…


Vous me direz peut-être : qu’est-ce qui me prouve que Dieu est comme ça ?

J’ai 2 réponses :

d’abord relisez l’Evangile

et voyez comment fait Jésus avec les pécheurs et les malades…


ensuite : regardez autour de vous

et nommez les personnes bienveillantes de votre entourage

qui sont prêtes à vous accueillir, à vous écouter, à vous soigner, à vous aimer

quelle que soit votre misère…

Ces personnes bienveillantes sont les sacrements de l’amour de Dieu,

elles sont l’amour de Dieu incarné aujourd’hui au milieu de nous…


Finalement Dieu ne fait jamais rien sans l’homme !

On a souvent dit « l’homme propose et Dieu dispose ».

C’est exactement l’inverse qui est vrai : « Dieu propose et l’homme dispose ».


L’homme est libre de refuser l’amour,

l’homme est libre de construire ou de détruire,

l’homme est libre de garder tout pour lui ou de partager…

Mais quoi qu’il arrive, Dieu propose,

« il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons,

il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » (Mt 5, 45)

Son amour est toujours disponible, quels que soient nos malheurs ou nos crimes,

pourvu que nous nous retournions vers lui,

comme l’enfant Prodigue, comme Zachée,

comme le larron criminel crucifié à côté de Jésus.


Dieu n’est qu’une histoire d’amour…

La vie n’est qu’une histoire d’amour…

Amour sans cesse offert à tous et à chacun, offert et pas imposé…

Il nous reste à choisir librement

  • de quitter l’enfer de nos enfermements pour nous ouvrir à cet amour,

  • de quitter l’aigreur et la solitude de nos ruminations pour oser parler et appeler au secours,

  • de quitter le poison de nos jugements et dénigrements pour chercher la compréhension et la solidarité,

  • de quitter la toxicité de nos déceptions et de nos culpabilisations pour oser croire et espérer…

  • de quitter nos « chacun pour soi » pour choisir « ensemble on va plus loin »

Dieu n’est jamais tout-puissant tout seul !

Son amour opère sa puissance

quand nous nous retournons vers lui et vers nos frères !

Qui donc est Dieu
.pdf
Download PDF • 264KB

Marc THOMAS

parole-semee@orange.fr



88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône