top of page
  • Photo du rédacteurMarc THOMAS

Dans nos langues...




Dans la foulée de la fête de la Pentecôte, je continue à regarder avec vous ce qui se produit concrètement dans le monde et dans nos vies quand nous laissons s’exprimer l’Esprit vivifiant qui nous habite.


Dans la première émission, nous disions que les ossements desséchés que nous sommes parfois dans vos vies peuvent revivre et retrouver la motivation et l’énergie.


Aujourd’hui, avec les Actes des Apôtres, c’est l’universalité du message de l’Evangile qui explose à la surprise générale : chacun entend dans sa langue les merveilles de Dieu.



TOUS NOUS LES ENTENDONS PARLER DANS NOS LANGUES DES MERVEILLES DE DIEU


C’est d’abord la description dans les Actes des Apôtres de ce qui se produit à Jérusalem le jour de la première Pentecôte (Ac 2, 1-11).


Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ?

Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes,

tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu.


Parler la langue de l’autre, entendre chacun dans sa langue les merveilles de Dieu

c’est tellement prophétique dans notre monde de diversités qui se combattent, dans nos familles et nos associations ou règnent souvent l’incompréhension, dans une société d’affrontement…


Parler la langue de l’autre, entendre chacun dans sa langue les merveilles de Dieu ! Pas seulement les langues nationales : le français, le créole, l’anglais ou le chinois… mais aussi la langue de l’autre, la langue de sa culture, de ses modes d’expression, le langage de ses émotions, de ses désirs, de ses besoins, de ses envies… Entendre dans ma langue, dans ma joie du moment ou dans ma peine, dans mes convictions ou dans mes questions, dans mes réussites et dans mes épreuves, entendre les merveilles de Dieu et de la vie…


Je pense à cette femme bafouée et violentée dans son couple qui m’écrivait après un temps de dialogue : « Ça fait du bien de se sentir comprise » : c’était sa manière à elle de dire « je me suis sentie entendue et comprise, je t’ai entendu parler dans ma langue des merveilles de Dieu ou de la vie ».


D’autres après les Apôtres ont rejoint les hommes et les femmes de leur temps et ont parlé la langue de leurs souffrances, de leurs espoirs, de leurs joies, de leurs quêtes de justice…


Je pense à François d’Assise qui quitte les richesses de sa famille et de l’Eglise de son temps pour rejoindre les petits et les pauvres et reconstruire avec eux une Eglise fraternelle…


Je pense à Mère Teresa dans les bidonvilles de Calcutta…


Je pense au Pasteur Martin Luther King, prix Nobel de la paix pour son action non-violente contre la discrimination raciale aux États-Unis, assassiné pour sa foi et ses convictions...


Je pense à Nelson Mandela et son combat contre l’apartheid en Afrique du Sud…

Je pense aux moines de Tibhirine assassinés alors qu’ils vivaient une proximité totale avec les algériens musulmans…


Je pense à tous ceux et celles qui s’engagent aujourd’hui au nom de leur foi dans la vie associative pour une société plus fraternelle, ou dans une vie syndicale pour promouvoir la justice…


Je pense à toutes celles et ceux qui, sans bruit, offrent leur sourire, leur attention, leur soutien à leurs voisins…


Je pense à tous ceux et celles qui, au nom de leur foi, visitent et accompagnent des malades, des prisonniers, des personnes en désespérance…



EGLISE SUR LES CHEMINS DES HOMMES


Quand les chrétiens veulent témoigner de leur foi, ils ont souvent envie de convaincre…

Ont-ils d’abord le souci de parler dans la langue et dans les préoccupations de ceux qu’ils rencontrent ?


Quand dans les paroisses, des familles viennent demander un baptême, un mariage, des obsèques, ceux qui les accueillent vont parfois très vite à leur dire ce qu’ils doivent faire, ce qu’ils doivent croire, parfois même à leur dire que leur situation n’est pas conforme aux règles de l’Eglise…


Les chrétiens qui les accueillent ont-ils d’abord le souci d’entendre ce qu’ils vivent, d’accueillir ce qu’ils croient ou ce qu’ils ne croient pas pour pouvoir ensuite leur parler dans leur langue, dans la langue de leurs joies de leurs peines, de leurs espoirs, de leurs questions à eux ?


Quand des enfants viennent au catéchisme, les catéchistes veulent leur faire connaître Dieu, leur apprendre à respecter les commandements de Dieu et de l’Eglise. Et pourtant souvent, dès la 1ère communion faite, ils disparaissent de nos groupes de caté… et souvent leur première communion ne sera pas suivie de communions régulières…


Les catéchistes ont-ils le souci de leur parler un langage qui rejoint leurs préoccupations d’enfants, leurs réussites ou leurs échecs à l’école, leur bonheur ou leurs épreuves familiales ? Les enfants ou les jeunes ont-ils pu découvrir, grâce aux catéchistes, que l’Evangile parlait dans leur langue des merveilles de Dieu ? S’il en est ainsi, ils vont continuer à venir chercher à l’Eglise la nourriture dont ils ont besoin pour leur vie.


A la Pentecôte, les Apôtres sortent de leur maison verrouillée où ils s’étaient enfermés par crainte des Juifs… et l’Esprit va les disperser aux quatre coins du monde pour aller témoigner sur le chemin et dans la vie des hommes…


A toutes les époques, l’Eglise a oscillé entre deux postures :

- s’enfermer dans nos vérités et dans nos églises en ayant peur du monde comme les Apôtres verrouillés par crainte des Juifs

- oser sortir à la rencontre du monde pour que toute homme entende les merveilles de Dieu dans sa langue et dans son actualité, comme les Apôtres au jour de la Pentecôte


Et les chrétiens d’aujourd’hui, vont-ils vouloir prioritairement :

- convaincre, convertir, faire venir à l’Eglise

- ou accueillir, écouter, accompagner en plein vent ?


A la semaine prochaine pour poursuivre cette « Pentecôte en actes », sur le thème : « tous baptisés pour former un seul corps. »


Dans ma langue les merveilles de Dieu
.pdf
Download PDF • 228KB

Marc THOMAS



ESPRIT DE PENTECÔTE

Debaisieux/Mannick/Studio SM

chanté dans la vidéo par John LITTLETON



Esprit de Pentecôte, Souffle de Dieu,

Vois ton Église aujourd'hui rassemblée,

Esprit de Pentecôte, Souffle d'Amour

Emporte-nous dans ton élan

Emporte-nous dans ton élan.

1 - Peuple de Dieu nourri de sa Parole

Peuple de Dieu vivant de l'Évangile

Peuple de Dieu se partageant le pain

Peuple de Dieu devenu Corps du Christ.

2 - Peuple de Dieu aux écoutes du monde

Peuple de Dieu partageant ses combats

Peuple de Dieu solidaire des hommes

Peuple de Dieu assoiffé de justice.

3 - Peuple de Dieu engagé dans l'histoire

Peuple de Dieu témoin de son Royaume

Peuple de Dieu portant l'espoir des hommes

Peuple de Dieu bâtissant l'avenir.




Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page