• Marc THOMAS

Dieu parle au cœur

La Nouvelle Alliance, au livre du prophète Jérémie :


Voici venir des jours – oracle du Seigneur –, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle.


Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte : mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’étais leur maître – oracle du Seigneur.


Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés – oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai sur leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.


lls n’auront plus à instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands – oracle du Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. (Jérémie 31, 31-34)


Quand j’entends parler certains chrétiens, j’ai un peu l’impression d’être encore dans l’ancienne alliance : ils demandent toujours : « que dit l’Eglise sur telle question ? » Et lorsqu’ils se rassemblent, ils disent qu’ils vont écouter « un enseignement », la plupart du temps exprimé par une personne « spécialiste ».


Ce langage est celui de l’ancienne alliance. Il est aussi celui de toutes les hiérarchies humaines ou religieuses qui sont parfois tentées de se poser en détenteurs de la vérité, et d’intervenir pour dire au peuple ce qu’il doit croire, comment il doit penser, ce qui est permis et défendu. Cette posture-là, cette alliance-là risquent toujours de nous situer dans un contexte de domination et de soumission.


Au 6ème siècle avant Jésus Christ, le prophète Jérémie annonce déjà une autre alliance :

« Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai sur leur cœur.

Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. »


C’est bien cette alliance que Jésus va incarner et réaliser :

il laisse surgir les Béatitudes en regardant le peuple des petits et des pauvres…

Il demande à ceux qui viennent le voir : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Il dénonce l’attitude des scribes et des Pharisiens et qui valorise la prière du publicain…

Il va demeurer chez le pécheur Zachée…

Il annonce au larron qu’il sera aujourd’hui avec lui dans le Royaume…

A sa résurrection, il se donne à voir à deux femmes avant même de se montrer à ses apôtres…

Il charge les femmes de dire aux apôtres qu’ils le verront dans la Galilée des nations…


Plus tard, l’apôtre Paul écrit aux chrétiens de Corinthe :

« De toute évidence, vous êtes cette lettre du Christ, produite par notre ministère, écrite non pas avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non pas, comme la Loi, sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur vos cœurs. » (2 Co 3,3)

Amis chrétiens, si vous voulez trouver Dieu,

cherchez-le au cœur de vous :

c’est le premier lieu où il vous parle.

Si vous ne faites qu’écouter la parole des autres,

vous risquez d’adhérer à des vérités extérieures,

mais de ne pas entendre

la résonnance amoureuse de ce Dieu

qui a laissé son empreinte sur votre cœur.


Quand vous aurez entendu Dieu en plein cœur,

allez partager avec d’autres qui ont entendu Dieu au cœur

écoutez les paroles toujours multicolores de l’Eglise et de la Tradition vivante…

C'est ce qu'ont fait les disciples entre eux, au moment de la Résurrection,

chacun racontant aux autres comment il l'avait reconnu (voir Luc 24, 34-35).


Car si Dieu vous parle au cœur,

vous ne pouvez pas le restreindre à ce que vous avez découvert et entendu,

comme un corps ne peut se restreindre à une main, à un œil ou à une jambe…

ni même à une « tête » qui définit et enseigne « la » vérité comme une doctrine…


Allez faire corps et faire Eglise

dans ces lieux qui privilégient la communion fraternelle, le partage et l’ouverture,

qui cherchent Dieu, non pas au ciel, mais au cœur de la vie et au cœur de l’homme,

et rendez grâce à votre Dieu qui se donne à voir dans la Galilée des nations de notre monde !

Il me semble entendre ce langage d’alliance nouvelle

dans les prises de parole du Pape François…


--->Dans l’Education Nationale, les professeurs ont parfois été présentés caricaturalement comme des enseignants qui savent et déversent leur savoir dans le cerveau d’enfants qui ne savent pas.


---> Beaucoup de professeurs aujourd’hui se considèrent comme des accompagnateurs qui permettent à des élèves d’apprendre à apprendre, d’aller chercher eux-mêmes l’information, et de valoriser leurs compétences propres.


---> Dans certains groupes chrétiens, une personne en ayant reçu la mission commence par vous « enseigner », à vous donner son interprétation de l’Evangile, et par vous exposer la doctrine de l’Eglise. Ensuite vous discutez pour bien comprendre, vous risquez de vous évaluer en fonction de votre cohérence avec l’enseignement donné, et vous cherchez à vous ajuster à l’enseignement donné.


---> Dans d’autres groupes chrétien, l’animateur commence par vous donner la parole, vous demander ce qui est vrai pour vous, ce qui vous pose question, ce que vous espérez… Il vous invite ensuite à confronter ce que vous avez dit à ce que d’autres expriment et ressentent différemment de vous. Et ensuite seulement, il met tout ce partage de vie sous la lumière de l’Evangile.

Dieu parle au coeur
.pdf
Download PDF • 320KB

Marc THOMAS

ddtlj@orange.fr


______________________

Voir une étude sérieuse sur l’ancienne et la nouvelle alliance dans l’Ancien Testament :

Lire l'alliance nouvelle dans l'ancienne, par Bertrand Pinçon dans Recherches de Science Religieuse 2011/2 (Tome 99), pages 229 à 234. A lire au lien suivant :

https://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2011-2-page-229.htm

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône