• Marc THOMAS

Un homme de passion

Dernière mise à jour : 25 juil. 2021

Vendredis saints de tous les jours

Méditations sur les vendredis saints des humains…


Les foules acclament Jésus à l'entrée à Jérusalem :

« Hosannah ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Jn 12, 13).

Les mêmes foules acclament Jésus quelques jours après :

« Crucifie-le ! Crucifie-le ! » (Lc 23,21). Quel contraste !


Le Dieu que nous contemplons en Jésus Christ ne cherche pas le succès populaire :

il vient se donner, se livrer, totalement, gratuitement, pour le salut des hommes.

Un amour passionné et passionnel ! La passion de l’amour !


Le Dieu que nous contemplons en Jésus Christ, dit à Judas en train de le trahir : « Mon ami... » ;

il pose un regard d'amour et de pardon sur Pierre qui vient de le renier.

Un amour passionné ! Un amour qui souffre par-delà la trahison !


Entre la faute de Judas et celle de Pierre, il n'y a pas beaucoup de différence :

dans un moment crucial, l'un trahit, l'autre renie.

Les deux fautes sont aussi graves l'une que l'autre.

Simplement Judas s'est laissé aller à la désespérance, malgré l'amitié réaffirmée de Jésus ;

et Pierre a eu la chance de pouvoir accueillir le regard d'amour et de pardon posé sur lui.


Le Dieu que nous contemplons en Jésus Christ sauve les hommes

en passant par leur souffrance sans faire semblant :

« Mon Père, que cette coupe passe loin de moi. » (Mt 26, 39).

Tout homme affronté à la souffrance

voudrait pouvoir passer à côté…

Une souffrance-passion !

Une souffrance toujours insensée,

sauf à être acte d’amour passionné !


Il en va ainsi pour chacun de nous :

passion d'amour et passion souffrance

marchent souvent ensemble !

il ne s'agit jamais de devoir souffrir pour être aimé :

ca serait du masochisme ou de la perversité !

mais il s'agit d'aimer, parfois à la folie...

Et nous savons que nous souffrons davantage

quand celles et ceux que nous aimons sont dans la difficulté...


Jésus vit cette passion, amour et souffrance à la fois,

jusqu’à pousser ce cri de révolte qu'il ne faut en aucun cas affadir,

cri de révolte de tous les souffrants du monde :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Mt 27, 46).


Comme tous les souffrants du monde, Jésus, notre Seigneur,

a crié l'abandon et la révolte et les pourquoi de tous les hommes.


Alors, en Jésus, tout homme qui souffre peut crier sa révolte :

peut-être est-ce la seule, l’unique vraie prière

de celui qui se découvre impuissant à s’en sortir.

Crier notre révolte est le « passage » obligé pour expérimenter l'espérance.

Pour que la passion souffrante du révolté

débouche sur un amour passion plus fort que toute mort !


Lire aussi : Dépouillés jusqu'à la mort


Vendredi Saint de tous les jours
.pdf
Download PDF • 203KB

Marc THOMAS

ddtlj@orange.fr

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône